KOMA 2

Une création originale de Mickaël Sabbah

Saison 2010

Koma (1.2.3) est un triptyque traitant de trois des quatre phases du coma, et la circulation de la langue dans la "boîte noire", c’est-à-dire la circulation des mots à l'intérieur du coma stade 1 ou stade de l'obnubilation, du coma stade 2 ou stade de la disparition de la capacité d'éveil et du coma stade 3 ou coma profond (coma carus). La création a donc été divisée en trois parties qui dessinent une recherche sur la langue originelle composée de jeux de mots, de cris primaux de bébé, de cris primitifs et de cris de rage. 

C'est également un travail sur la mémoire : tantôt brute, directe, spontanée, collective ou ancestrale. La question du rapport à  l'oubli, la conscience et l'inconscient, au sommeil, au rêve, la circulation de l'information dans le système nerveux central après un accident sont également au cœur de cette oeuvre. 

Ce spectacle est donc avant tout un travail de recherche sur la langue à travers un questionnement sur la transdisciplinarité dans le théâtre et la place de la parole dans notre société moderne. 

SYNOPSIS

Une catastrophe se produit sous nos yeux effarés. Le World Trade Center s’effondre. Le monde tremble. Un homme tombe d’une tour. Au milieu de la fumée, des flammes, des braises, très profondément, il dort. Le voilà transporté dans un hôpital vide. En salle de réanimation, sa vie n’est maintenue que par un fil. Ce fil léger et invisible c’est l’électricité de la langue qui parcourt son corps et alimente son rythme cardiaque. Stade I, Stade II, Stade III. Le coeur bat et se débat à travers les différentes phases du coma.

 

Que se passe-t-il dans cette tête cassée ? Comment les mots s’articulent-ils entre les neurones, les synapses et le système nerveux ? Comment la langue circule-t-elle dans cette boîte crânienne post-apocalyptique où se mélangent furieusement mémoire collective, profondeurs de l’inconscient, rêves, cauchemars, réalités et visions mystiques ?

MISE EN SCÈNE

La deuxième partie est dite "moyenne" : la danse y intervient par bribes se confondant à la vidéo qui n'est plus continue mais hachée.

CORPS

Dans Koma 2, le jeu est plus souple et le corps plus détendu. Une sorte de légèreté se développe au fur et à mesure de l'acte. La voix est plus calme, plus douce, plus apaisée, moins extrême. Elle se rapproche par moments du chanté-parlé et joue beaucoup avec les silences, les étirements, les respirations, les répétitions, les chuchotements et la musique électro-acousmatique. 

MUSIQUE

ELECTRONIQUE

Plus présente dans Koma 2, la musique électronique reprend quelques fragments de mélodies des instruments acoustiques comme pour ramener des petites ritournelles et pose des univers sonores plus intemporels et plus galactiques. Elle travaille sur la texture de la voix de l'acteur pour créer en live, des échos, des distorsions et des effets larsen.

MUSIQUE

ACOUSTIQUE

De la musique acoustique intervient par intermittence : elle ne se livre plus dans une mélodie établie, mais pose de longs silences, des respirations et des sons qui se mélangent aux sons électroniques. 

PUBLIC

Les textes et les mises en scène de Mickaël Sabbah marient la poésie et la pureté mélangées à la rudesse de la jeunesse. La mise en scène reste dépouillée tout en alliant une grande recherche des formes et des mouvements dans la spontanéité. Grave et lyrique, une grande émotion se dégage de l'oeuvre...

Anne Sarméo (directrice de la Cie Brocéliande)

J’ai regardé attentivement votre spectacle et chaque fois, j’ai été émerveillé. Tous les superlatifs qu’on peut lui accorder sont insuffisants pour le décrire… ! Le texte, la mise en scène, l’énergie qui se dégage de votre façon de jouer, parfois assimilée à la danse contemporaine… BRAVO enfin !! Bravo aussi à votre équipe et vivement merci !

Emmanuel Lopez (ancien directeur du théâtre du Temps)

© 2020 par Mickael Sabbah.